Nos livres

Histoire à deux voix

Fripouille grandit à une vitesse folle et son vocabulaire avec! Pour l’aider à l’enrichir plus facilement, je me suis procuré des livres d’histoire à deux voix. C’est vraiment l’idéal pour que l’enfant participe à l’histoire.

Evidemment, il en existe plusieurs! T’choupi chez le docteur, T’choupi a perdu son doudou, T’choupi va au marché… J’ai décidé de te présenter T’choupi et la cuisine mais c’est toujours le même principe quelque soit le thème!

Histoire à deux voix

 

Il y a au début et à la fin du livre, un récapitulatif du vocabulaire à découvrir tout au long de l’histoire!

Histoire à deux voix

 

Je lis l’histoire jusqu’au dessin et Fripouille intervient pour dire “tomates“, “champignons“, “concombre“… Le mot est quand même noté ce qui lui permet quand même de se familiariser petit à petit avec l’écriture, les lettres…

Histoire à deux voix

 

Autour d’une histoire qui est toujours proche du quotidien, donc avec du vocabulaire courant.

Histoire à deux voix

 

Lire, faire de jolies phrases et parler normalement à ton enfant (j’entends par là éviter de dire “ouah ouah”, “meuh” plutôt que “chien” et “vache” ) sont le meilleur moyen d’apprendre de nouveaux mots à ton enfant.

Histoire à deux voix

 

A la fin de l’histoire, on fait le petit jeu, un peu à la manière de “Où est Charlie” mis à part que là on cherche un concombre, un rouleau à patisserie, des oeufs

Histoire à deux voix

 

Voici les autres ouvrages que tu peux trouver sur le même principe d’histoire à deux voix avec T’choupi.

Histoire à deux voix

 

Acheté pour 5,70 €, je ne sais plus où… Mais tu peux le commander ici en ligne!

Histoire à deux voix

 

Et toi, que proposes tu pour apprendre du vocabulaire à ton p’tit bout? Est-ce que tu “gatouilles” quand tu parles à ton bébé (même dans ton ventre, tu peux lui parler!)?

 

 

Cet article n’est pas sponsorisé

19 thoughts on “Histoire à deux voix

  1. Pour parler à ma fille, j’utilise les “vrais” mots. Je ne gadouille pas, pourquoi apprendre des onomatopées alors qu’on peut apprendre directement le vocabulaire de la langue.

  2. Bonjour,
    Votre article me fait plaisir car lorsque mon petit fils Luca était petit j’ai acheté à peu près tous les T’choupi. Et en effet je trouvais que le soir, lorsque je le couchais c’était une bonne occasion de lire une histoire et en même temps de commencer à apprendre les mots. C’est lui qui me disait lequel nous allions lire. Cela lui a bien permis de se familiariser avec les mots.
    Pour ce qui est des onomatopées, je vous avoue que je ne supporte pas quand ça vient des parents. Les enfants ont parfois des mots déformés qui font tout le charme de la prime jeunesse. Je pense qu’on peut faire quelques exceptions dans ce cas car c’est trop mignon. Ainsi ma fille disait toujours “un soindwich” pour un sandwich, ou encore au lieu de dire un plateau elle disait “un plateau” et je n’ai jamais eu la volonté de la rectifier.
    Bonne soirée, à bientôt,
    Claude

  3. Idem, ici on aune collection de T’choupi, livres simples, livres à 2 voies ou avec des caches à ouvrir. Cela faisait partie de notre rituelle du soir, une petite histoire. Je dois dire que je les connais par coeur, lol !!
    Maintenant il va avoir 3 ans alors il les choisit de moins en moins, peut être qu’il s’en lasse lui aussi ….
    Bonne journée !

      1. Parce que je parle et lis seulement dans ma langue maternelle, l’italien, à mon fils! Du coup ce genre de livre “m’oblige” à le faire en français et ce n’est pas bien pour mon futur bilingue 😀

Les commentaires font vivre le blog et me font plaisir!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.