Parent au quotidien

Est-il possible d’étouffer en toute bienveillance?

Ça ne t’est jamais arrivé à toi de te sentir étouffer? Ta vie de famille, les demandes incessantes de tes enfants, les phases de régression…

En ce moment ma Petite Marmotte me fait vivre des moments bien difficiles. Elle est dans une période “pot de colle”. Tu me diras c’est normal elle a seulement 20 mois, c’est certain. Je l’ai pourtant découverte petit à petit, comme un bébé plutôt aventureux et débrouillard!

Bien entendu nous avons traversé la période délicate des 8/12 mois comme tous les parents. Là nous faisons un retour en arrière puissance 10.

Mode “je ne veux que maman” activé

Depuis quelques semaines nous sommes passés à un autre niveau. Petite Marmotte a eu la varicelle tout de suite après les vacances de noël et depuis rien ne va plus. Elle a commencé à me réclamer en journée chez sa nounou et à vouloir reprendre son doudou en dehors des siestes, chose qu’elle ne faisait pas jusque là. Rien de bien méchant.

Par contre, à partir du moment où je la récupère… Je ne peux PLUS RIEN FAIRE! Crise de larmes au moindre de mes déplacements.

À partir de là, j’étouffe!

Nous rentrons à la maison prendre le goûter et je sais que la fin de journée va être terriblement longue.

Je vais jusqu’au placard à cochonneries prendre de quoi les sustenter : Crise de larmes.

Je vais aux toilettes (en prenant soin de la prévenir) Impossible! Je suis forcée de l’emmener avec moi.

Je veux prendre une douche, crise de larmes. Je suis obligée de prendre un temps infini pour finir par trouver un moyen de me laver sans ma Petite Marmotte hurlante à côté de la douche. Cette fois-ci je lui ai installé un petit tabouret à côté de la douche et lui ai confié un appareil photo en bois pour qu’elle prenne des photos en attendant.

Je me maquille, elle veut être sur mes genoux. Veut un tube de crème aussi et s’en tartine les mains. En temps normal, la voir nous imiter est tout à fait adorable.

Je me démaquille elle veut un coton imbibé d’eau pour se démaquiller le visage. Évidemment je fais tout cela avec la menace permanente de la voir fondre en larmes si je ne la garde pas avec moi.

Tant que je reste à côté d’elle tout va bien, si je m’installe dans le canapé elle finit par reprendre ses habitudes et vaquer à ses occupations. Si je me lève, enfin aussitôt que je pose un pied au sol en ayant l’intention de me lever (quitte à être clouée dans le canapé autant avoir un thé à la main mais ce n’est pas possible sans larme) elle accourt pour que je la prenne dans mes bras…

Le soutien du papa : le néant!

Impossible pour le papa d’intervenir. C’est maman un point c’est tout!

Si elle tombe ou se fait mal, son papa arrive pour la consoler et la prendre dans ses bras. Crise de larmes!

Nous avons chacun tenté de lui parler “maman ne va pas partir” ou même carrément “il faut que tu arrêtes d’être toujours après maman”. J’ai l’impression qu’elle comprend mais que c’est plus fort qu’elle.

Alors je m’énerve et c’est pire!

Arrive le moment où je ne peux plus supporter d’être pister. Elle est mon ombre! Une journée entière, comme un mercredi, seule avec mes deux enfants… C’est l’enfer pour moi et pour Fripouille aussi.

Je finis par être au bord de la crise de nerf et chaque crise de larmes m’exaspère un peu plus. Chaque chose que je souhaite faire sans pouvoir le faire me devient insupportable.

Ça veut dire faire un minimum de chose, comme préparer à manger, dans les larmes (ce qui me fend le cœur et m’irrite aussi) ou en me musclant le bras gauche.

Elle m’étouffe! Elle a besoin de moi, je le sais mais je ne vois pas comment supporter cette situation.

Et la bienveillance dans tout ça?

Je dirais merci aux réseaux sociaux! Avec tout ces articles, toute cette bienveillance qui déborde de partout je culpabilise, je m’en veux! (Peut-être que je m’en voudrais même sans eux, certes mais quand même!)

Je n’ai plus ni l’énergie ni la patience de sortir ma meilleure réplique du genre “ne t’inquiète pas maman est là“, ” je sais que tu dois traverser une période difficile mais ça ira mieux bientôt” NON je n’y arrive plus après 3 semaines de collage intense. J’étouffe!

J’en arrive même à crier à force d’entendre une énième crise de larmes. Je sais que ça n’aide pas et que ça n’est pas “bienveillant” mais c’est un peu la seule chose qui me reste pour manifester mon raz le bol, mon besoin de respirer à nouveau.

Peut-être que j’aurais besoin moi aussi de paroles bienveillantes et réconfortantes qui me diraient “Ne t’inquiète pas, je sais que c’est difficile d’être maman mais ça va passer”, ” Va faire un tour ça te fera du bien”. J’ai quand même l’impression que tous les manuels de bienveillance sont destinés aux bien être des enfants. Ces codes de bonne conduite ajoutent une pression considérable sur les parents et cela sans aucune bienveillance.

La lumière au bout du tunnel

Un lundi matin, ma Petite Marmotte s’est réveillée. Comme par magie elle se comportait comme avant. J’ai pu la mettre dans sa chaise haute pour le petit déjeuner sans qu’elle s’y oppose. J’ai pu aussi aller jusqu’au réfrigérateur sans crise de larmes… Le bonheur quoi!

Papa Fripouille est parti le lendemain matin pour 3 jours. Le soir même ma Petite Marmotte a commencé à avoir de la fièvre… Et ça a recommencé! Ça a été les 3 jours en maman-solo les plus longs que j’ai jamais vécu!

Alors je pose la question aux parents qui maîtrisent l’art de la bienveillance éducative, dans ces cas là comment faites vous? Je ne parle pas d’une journée difficile mais de 3 semaines… Et plus!

Peut on réellement étouffer en toute bienveillance? As tu rencontré des situations comme celle-ci qui t’ont fait culpabiliser de ne plus être bienveillante?

Crédit photo Pixabay

39 thoughts on “Est-il possible d’étouffer en toute bienveillance?

  1. Je crois que tous les parents font comme toi, c’est à dire comme ils peuvent, il arrive un moment où la
    bienveillance est saturée, les personnes qui disent le contraire n’ont jamais eu un bout de choux accroché à leur jupe
    et pleurant. Tu fais comme tu peux et tu attends que ça passe.
    bisous

  2. salut,
    Je me reconnais dans ce que tu décris. Alors, je n’ai aucune recette miracle pour empêcher son comportement par contre j’en ai trouvé une pour “tenir” psychologiquement et physiquement: je cours. c’est parfois seulement 20 minutes et pas vite mais ça me permet réellement d’expurger la “haine” que je ressents.Ensuite, j’arrive à les “gérer” sans sentir une boule de colère monter.
    voilou…
    bon courage!

    1. Ah oui chez toi aussi c’est compliqué en ce moment? Tu as combien d’enfants?
      Je fais du sport 1 fois par semaine, 1h qui me permet d’évacuer. Ça fait du bien! Il faudrait presque que j’y aille tous les deux jours en ce moment!! 😉
      En tout cas merci

  3. Je te conseille le livre d’Agnès Labbé du blog Quatre enfants sur l’éducation approximative 🙂 Il t’aidera à ne pas culpabiliser. On fait toutes de notre mieux ; parfois, ça marche, parfois moins. Courage à toi et sois sûre de deux choses : 1) tu es une super mama, 2) tout passe un jour
    Des bises

  4. Je ne peux que te comprendre car je vis exactement la même situation depuis Noël (c’est fou d’ailleurs) : impossible de faire quoi que ce soit sans elle, si je suis assise dans le canapé en revanche ça va. Elle veut tout faire comme moi et refuse le papa. Tout comme toi j’étouffe et j’appréhende le soir et les mercredis. Les nuits n’en parlons pas…
    Je n’ai pas trouvé de solutions, je cherche aussi un peu de bienveillance à mon égard et ne lui en donne pas toujours. Je ne supporte plus ses cris et je cris.
    La seule chose dont je suis certaine c’est que ça va passer… Quand je ne pas mais je me raccroche à ça.
    Courage 😘

  5. Je n’ai pas les clés ayant été peu confrontée à ça… Juste envie de te dire que ça va passer (dans plus ou moins longtemps) et que je comprends bien ton désarroi… Courage!

  6. Bonjour, nos filles sont grandes aujourd’hui mais la plus jeune à eu vers l’âge de 2 ans et demi le même comportement que ta fille alors qu’elle était une petite fille très automne et indépendante. . Nous avons compris que quelque chose la perturbait, cela faisait 2 mois que le quotidien devenait ingérable (impossible même de nous quitter au moment du coucher ) lorsque nous avons décidé de rencontrer pour la première fois un psychologue … 2 séances plus tard le problème était réglé. N’hésite pas à consulter. ..c’est toujours mieux que de se culpabiliser, de s’énerver et de mettre en danger l’équilibre familial . Je te souhaite de trouver une solution pour qu’elle et toi alliez mieux. Sandrine

    1. Bonsoir, merci de partager ton expérience sur le sujet.
      J’ai évoqué ce problème avec le généraliste qui nous suit. Étant donné qu’elle est malade depuis la fin des vacances d’hiver (varicelle, rhino, otite, rhino, otite…) il me dit de patienter, que c’est sans doute lié. Si la situation persiste je me mettrai à la recherche de quelqu’un de compétent!
      En 2 séances c’était réglé pour votre cas! Extra, ça a le mérite d’être efficace.
      Bon week-end à toi Sandrine 😉

  7. La bienveillance est un beau concept mais parfois très éloignée de notre réalité. Pas question sur tu t’oublies pour le bien être de ton enfant, car ton enfant a besoin que tu sois bien dans ta tête pour aller bien aussi. Bref, la bienveillance oui, mais pas au détriment de nos émotions parentales ! Parenthèse fermée sur la bienveillance. Peux tu porter ta fille en porte-bébé dorsale pour te soulager un peu, avancer dans tes tâches quotidiennes ? Sinon a part si courage et une bonne dose de patience pour calmer les angoisses de petite marmotte, je n’ai rien de plus a te proposer 😘😘.

    1. C’est tellement difficile au quotidien. Oui j’ai tout ce qu’il faut en terme de portage mais c’est vrai que je ne m’en sers pas car contrairement à son frère je n’ai pas eut l’habitude d’avoir à la porter sans cesse… Je n’ai pas le réflexe alors que ça m’a sauvé la vie avec Fripouille! Merci beaucoup et bon week-end
      Bisous

  8. Carrément je comprends la mienne est dans cette période et elle a 5 ans !!! C’est surtout pour aller se coucher et la nuit 🌙 = pot de colle. Je perds patience aussi que bien que mes heures de sommeil. Il faut aussi que tu sois bienveillante avec toi même tout d’abord 🙂

  9. Je ne peux que comprendre ! Paupiette est en demande permanente (de proximité) vis-à-vis de moi et QUE de moi… Ça a toujours été plus ou moins le cas, par phase, je me disais que c’était normal, dans le sens où je suis en congé parental, une question d’habitude. Et puis elle est encore petite… Mais nous n’avons pas connu cela pour ma Cracotte. Petit à petit, cet attachement est grandissant et je sens que cela commence à devenir compliqué à gérer par moment. D’autant plus que ma grande commence à “ressentir” la situation. Courage à toi…

    1. Ah oui tu la gardes toute la journée avec toi? (Heureusement que j’ai une activité sinon je deviendrais folle)!
      Ah c’est exactement ça, mon grand aussi en souffre. C’est difficile pour moi mais pour lui aussi! Il en a assez lui aussi!
      Merci
      (Il faut vraiment que l’on se rencontre en vrai! )

  10. Hello,

    Notre chou a eu sa periode uniquement Maman pendant plusieurs semaines. Comme toi elle ne pouvait rien faire sans lui. Il pleurait des quelle fisparaissait de son champ de vision.
    Je dirai que malgre toute la bienveillance possible, il faut serrer les dents et attendre que cela passe. J’ai pas de remede miracle.
    Bon courage.
    Le temps joue en ta faveur meme si c’est long

  11. La Biscotte a eu une période collée à moi en fin d’année dernière et je dois avouer que j’ai parfois manqué de bienveillance en m’énervant ! Mais pour nous le problème a été facile à identifier : j’étais en fin de grossesse et clairement elle avait peur de perdre sa maman. Tout est rentré miraculeusement dans l’ordre avec la naissance de Bebinette.
    Ne soit pas trop dire avec toi même, je crois qu’on craque toute par moment et une maman aussi à besoin de temps pour elle, seule. J’espère que les.choses vont rentrer dans l’ordre et en attendant courage !

      1. Je ne sais pas si il y a forcément une raison, mais c’est vrai que pour nous la relation de cause à effet n’a pas fait de doute. Mais peux être qu’il y a parfois aussi des phases où le besoin de maman est plus intense. Bon week-end à toi aussi !

  12. J’allais te dire la même chose que Cécilia : lis le livre d’Agnès et ne culpabilise PAS. Tes réactions sont normales, c’est normal que ta fille t’horripile, c’est normal que tu ne la supportes plus, c’est normal que tu cries. Comment cela pourrait-il être autrement ?
    As-tu la possibilité de demander à qq1 (baby-sitter, amis, papa) de la garder une heure que tu ailles souffler ? De la laisser de temps en temps un peu plus longtemps chez la nounou pour raccourcir le tunnel du soir ? Franchement, la santé psychique de la maman est largement plus importante que de coller à des préceptes bienveillants qui ne sont pas toujours applicables. Et encore une fois : tu es normale de ressentir tout cela 🙂

    1. Je sais que tu as raison, j’ai failli la semaine dernière, la laisser plus longtemps chez la nounou.
      Je suis allée récupérer son frère à l’école et ensuite j’ai culpabilisé de la laisser pour le seul motif de ras le bol que je ressens. Du coup, je l’ai récupéré!
      Mais je vais essayer, ça me fera du bien. C’est dommage mes parents ont déménagé dans le sud en fin d’année!
      Merci bon week-end

  13. Ce sont des moments pas faciles à vivre mais ils passent du jour au lendemain comme ils sont venus. Avec Chichi j’ai connu de nombreuses phases plus ou moins longues comme ça. C’était dur de l’entendre pleurer derrière la porte de la salle de bain ou des toilettes mais à un moment j’ai arrêté de culpabiliser. J’ai aussi beaucoup utilisé l’écharpe de portage ou le porte bébé dorsal. Quand je le vois partir à l’école sans me faire un bisou, je n’en reviens pas du chemin parcouru avant pour en arriver là avec mon grand angoissé. Bon courage

  14. Si ta petite marmotte est comme ça c’est qu’il y a quelque chose qui la stresse beaucoup. Moi j’en parlerai avec le pédiatre ou le généraliste (et l’intéressée) ça peut aider. Peut-être même quelques granules homéopathiques pour aider ?
    Sinon j’ai un koala aussi à la maison et un jour où j’en pouvais plus, j’ai « inventé » la poupée maman. C’est une poupée au crochet qui me représente (bon elle est très moche mais c’est accessoire). Et même maintenant à 7 ans où il a de gros coups de blues quand je suis trop absente, cette poupée fait la liaison. Par exemple le lundi ça se passait mal à l’école et l’enfer le soir, eh bien depuis qu’elle Est passagère clandestine dans le cartable il n’y a plus de souci.
    Courage vous allez trouver le truc pour que ça fonctionne pour vous.
    Et pour finir pour les discours sur la bienveillance, on est d’accord que c’est l’idéal et que nous parents nous efforçons tous d’être bienveillants tout le temps. Mais je mets aux défis les grands donneurs de leçon de gérer un enfant en crise plusieurs jours d’affilée en gardant leur calme !!

  15. La bienveillance, ça ne veut pas dire ne pas marquer les limites ! être bienveillant, ce n’est pas tout tolérer ! Ne culpabilise surtout pas, fais ce qui te semble le mieux pour elle … et pour TOI ! Les enfants ont besoin d’apprendre que nous avons des limites… Les parents “parfaits” font des adultes “parfaitement” névrosés par la suite : devenus adultes, ils auront les mêmes difficultés que nous. Et si on leur fait croire que ce n’est pas difficile pour nous… ils vont se détester. Ta fille te colle : bim, à papa. Maman a besoin de prendre soin d’elle, je t’aime, mais j’ai besoin de m’occuper de moi, et je reviendrai vers toi plus en forme. Papa est là aussi, il t’aime et veut passer du temps avec toi. Bye bye, à la revoilure ma chérie. Je vais au ciné.

  16. Non pas de sport… J’ai arrêté car plus de temps avec mon ancien job et les enfants et je n’ai pas repris… Tous les ans je le dis “je m’inscris” et je ne le fais pas 🙄 j’espère reprendre à la rentrée 2019 😁
    Ici aussi nous avons un cododo imposé pour qu’on puisse dormir 😴
    Bises 😘

  17. Mais bien sûr que j’ai connu ça! Enfin non! Pas comme ça! On avait moins le temps,ou on ne savait pas comment faire “de mon temps”mais je vois comment ça se passe avec mes petits enfants! Noé(9 ans) ne décolle carrément pas de son papa et Ada (8 ans) est toujours collée aux jupes de sa maman! Le seul moment de tranquillité s’est l’école et maintenant l’ordinateur!
    Alors….patience…
    Bizzzz et bo W.E

Les commentaires font vivre le blog et me font plaisir!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.