Maternité

La maternité une fin en soi!?

Pour Fripouille que nous avons eu du mal à concevoir, j’ai espéré, désespéré et attendu d’être enceinte. La maternité une fin en soi…

Depuis que j’ai 17 ans, je rêve de devenir maman. J’avais dans l’idée d’être une “jeune maman” avec un petit écart d’âge avec mes enfants. La vie n’en fait parfois qu’à sa tête, ça n’est donc pas du tout de cette manière que les choses se sont passées.

J’ai mis longtemps à trouver LA bonne personne, Papa-Fripouille. Ensuite, nous avons mis du temps à concevoir Fripouille (plus de 2 ans). Je me suis donc retrouvée maman pour la première fois peu avant mes 35 ans! Ce qui m’a laissé un paquet d’années avec ce désir enfouis! 

Une fois en couple avec Papa-Fripouille ce désir n’était plus un désir enfouis mais il est plutôt devenu une envie déchirante… Nous avons fini par imaginer que nous ne serions jamais parents… Que je ne serais peut-être jamais maman!

Et puis la maternité m’est tombé dessus! Ça y est enfin un +++ sur ce fichu test de grossesse, j’allais devenir maman. Après tellement d’attente, mon rêve se concrétisait enfin, nous allions être parents, nous allions devenir une famille. J’allais arrêter de travailler être en congé maternité et m’occuper de mon cocon et de ce bébé tout neuf!

Mais la maternité, est elle une fin en soi? Sans doute, toi, le savais tu déjà…  Moi pas! NON ça n’est pas une fin en soi! Je l’avais tant espéré cet état là que sans réfléchir, pour moi c’était comme si ma vie s’arrêterait là. Ou plutôt que ma vie commencerait à partir de là sans plus aucun autre but ni aucune autre perspective! Je ne m’étais jamais projetée au delà de ce congé maternité… Comme si devenir maman était une fin en soi!

J’allais devenir maman, POINT FINAL! Ha ha!! Je me suis donc pris la réalité de plein fouet. Après m’être noyée dans la maternité, l’allaitement et le manque de sommeil, j’ai dû reprendre mon activité professionnelle! 

Cette activité a un avantage majeur, c’est de permettre de moduler quelque peu mon emploi du temps. La contrepartie par contre c’est de faire énormément de km par jour (source de fatigue) si je voulais voir mon fils, d’avoir des déplacements tous les 2/3 mois pour 3 à 5 nuits à chaque fois. J’avais plein d’idées et de projets en tête mais pas la reprise de mon travail…

Alors ma reprise a été très difficile émotionnellement. 

Cette fois ci, j’ai pleinement conscience que je vais devoir reprendre mon travail, m’absenter et gérer deux enfants… Mais j’espère reprendre le plus tard possible et poursuivre le développement de ma marque Le Rire des Anges

J’ai beau essayer de m’y préparer, je ne sais pas comment va se passer ce nouveau bouleversement… Alors on verra mais je croise les doigts pour que le fait de savoir cette fois, que la maternité n’est pas une fin en soi me permettra de mieux vivre la suite!

 

Je suis vraiment curieuse d’avoir l’avis des mamans qui ont eu un parcours PMA ou des difficultés à avoir un enfant!? Comment ça s’est passé pour toi?

 

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

23 thoughts on “La maternité une fin en soi!?

  1. La maternité n’est pas une fin en soit, effectivement, mais elle peut être, est souvent d’ailleurs, à l’origine de remise en question du rythme familiale, d’une nouvelle philosophie de vie. L’important c’est de trouver son équilibre et ne pas se perdre en route ????????.

  2. Je ne serais te dirais chacun agit comme il peut, comme il le sent en fonction des besoins des enfants et du temps donne au papa.
    Il faut arriver a partager: ta vie de famille, ton travail, du temps pour toi… facile a écrire mais la réalité n’est pas aussi simple a gérer… Courage Miss!
    Bizzzz

  3. C’est vrai que souvent on a cette impression que la maternité est une fin en soit… mais surement aussi à cause de la société et du fait que travail et enfant est parfois incompatible! Du moins mal vu et mal accepté par les employeurs. En tous cas bon courage pour trouver ce nouveau rythme à 4. (Et l’idée de développer plus ta jolie marque est une très bonne idée 😉 Bisous ma belle

  4. Il m’a également fallu du temps pour concevoir la poulette (2 ans, pas de PMA mais de gros soucis). Mais, je pense que la maternité n’étais pas pour moi une fin en soi… enceinte, je pensais à un congé d’allaitement, au risque de la difficulté de laisser ma fille chez la nounou, etc. Mais au final, tout s’est passé assez naturellement…
    Je suis certaine que tu vas trouver tes marques et t’organiser au mieux 🙂 Il faut un peu de temps… Bisous

    1. Je pense que selon notre histoire à chacune, nous mettons (ou pas) tout un tas de chose dans la maternité!
      Je crois que j’avais beaucoup/trop à investir dedans!
      C’est sur Fripouille que c’est tombé! 😉
      Tant mieux si pour toi ça s’est passé sereinement et comme une évidence de retourner travailler. C’est mieux et moins douloureux comme ça!
      Je vais prendre le temps… bisous

  5. Après avoir connu un parcours compliqué de PMA, la maternité n’était pas vraiment une fin en soi pour moi. Je parvenais à me projeter dans ma vie future avec mon précieux petit bout. Toutefois, j’ai également connu ce déchirement de devoir faire garder mon fils dès ses 2 mois et demi et de devoir reprendre un travail déjà tellement fatigant au quotidien. Mais j’ai assez rapidement trouvé mon équilibre et mon nouveau rythme malgré la fatigue persistante. Avec le temps, tu trouveras toi aussi ton équilibre entre ta belle famille agrandie, ton boulot, ta marque et tout le quotidien (qu’on a souvent tendance à minimiser).

    1. Oh je te comprends, 2,5 mois c’est tellement tôt!
      Peut être que pour mon cas, les 10 ans déjà écoulés à faire le même travail au sein de la même entreprise ont contribué à ma difficulté à reprendre ma vie pro là où je l’avais laissée!
      La maternité nous fait tellement changer…
      Ah et le quotidien, ne m’en parle pas!! 😉

  6. 15 mois pour avoir Tess… Ce fut long et comme toi, j’étais au bout de ma vie et obsédée par l’idée. Et puis finalement, le + tant attendu est arrivé et tout s’est fait naturellement. La reprise du boulot n’a pas été compliqué pour moi car je me voyais depuis le début avec une famille dans une routine (boulot, nounou, école…) Bien sûr, j’aurais aimé passer plus de temps avec elle mais je pense qu’au final, ça lui fait du bien d’aller chez sa nounou pour voir autre chose et ses petits copains 🙂

    1. Je te rejoins complètement, ça leur fait du bien de sortir de ce cocon et de s’ouvrir aux autres!
      Je crois que je suis vraiment un CAS à part, puisque ce que j’ai vécu ne se retrouve sans aucun de vos témoignages!

  7. Moi aussi j’ai mis deux ans (et une thyroïdectomie totale) pour réussir à tomber enceinte de BebeKoala. Je reste une jeune maman (29 ans à sa naissance), mais dans mes rêves j’aurais voulu être encore plus jeune 😀
    J’ai pu rester un an à la maison entre congé parental et chômage, mais après j’avais vraiment envie de reprendre le travail. Là aussi, après 15 mois à la maison pour MiniKoala je commence à en avoir marre et je reve d’un temps partiel !

    1. Oh oui 29 ans on peut dire que tu as été maman jeune!
      Je comprends qu’au bout d’un an on a envie de reprendre une activité, Perso j’en aurais eu besoin aussi mais une activité plus compatible avec des enfants… Un temps partiel oui c’est top!
      C’est complètement impossible dans mon domaine!! 🙁

      1. Heureusement en tant que contractuelle dans la fonction publique il y a beaucoup de temps partiels, mais niveau salaire…
        Vu les soucis de santé de MiniKoala j’ai pris les deux ans du congé parental car j’aurais du m’absenter trop du travail, mais je ne pense pas aller jusqu’au bout et commencer à chercher quelque chose après la rentrée .

  8. Je ne pensais pas au fait d’être maman. Je me disais bien qu’un jour ça arriverait, mais sans plus. Puis j’ai rencontré l’homme, puis nous avons voulu fonder une famille. Puis Bugg. PMA et tout ce qui va avec. La maternité est devenue une obsession. Je devais, voulais devenir mère. Aucun des 9 putain de traitements hormonaux n’a marché. Aujourd’hui je suis maman de deux joyeusetés arrivées grâce à l’adoption. J’arrive enfin à penser à autre chose et à laisser de la place à autre chose qu’à cette obsession de devenir mère… bon, pour le moment c’est la place au vide… mais je ne désespère pas. 🙂

  9. Pas de PMA ici, mais une grossesse extra-utérine pour 1ere grossesse, qui s’est en plus assez mal passée et a durée très longtemps … pour finalement être opérée avec ablation d’une trompe. Du coup moi qui doutais de ma capacité à tomber enceinte, j’ai encore plus douté et il m’a fallu 1 an de plus avant de tomber enceinte, pour de bon ! Autant dire que moi aussi j’étais dans cet état où c’était la seule chose qui comptait. La vie a fait que c’est à cette même période que j’ai perdu ma Maman, bref ma grossesse était plus qu’une fin en soi, c’était ma survie !! Et puis bébé est arrivé, le congés mat … Et la reprise. Que j’ai finalement abordée super bien, car j’ai réalisé que j’avais besoin d’autre chose que de mon rôle de Maman pour m’épanouir. Bon au boulot ça n’était pas l’éclate, mais les collègues, l’aspect social … ça m’avait manqué.
    Pour bébé 2 ça a été le temps de me lancer sur la blogosphère; et cela me conforte dans l’idée que je ne peux pas m’épanouir uniquement dans le rôle de maman !
    Aujourd’hui, j’ai plein de projets et d’envies, qui ne tournent pas uniquement autour de mes enfants; par contre elles ont toutes en commun d’avoir pour finalité de pouvoir concilier rôle de Maman (en assurant une présence importante auprès de mes enfants) et épanouissement et réalisation personnelle ! Et accessoirement ramener un salaire -c’est là où le bas blesse 😛 – Mais je ne désespère pas de trouver 🙂
    En fait, bébé 1 m’a aidé à me découvrir, bébé 2 à me comprendre et il faudrait sans doute un bébé 3 pour me réaliser complétement 😀 – Enfin ce n’est pas d’actualité pour l’instant-
    Mais voilà, devenir Maman c’est aussi apprendre à se connaitre, et on est parfois surprise 😉

  10. Dis donc, tu remues beaucoup de choses en moi avec tes deux derniers articles !
    Je la fais rapide : Essais bébé avec mon ex, 3 ans d’échecs, un couple qui ne se comprend plus et qui éclate (au final, ça n’est pas plus mal car je n’arrivais à imaginer mon futur de maman qu’en tant que mère célibataire si j’avais continué avec lui). Rencontre avec Monsieur BDC, folle envie d’un enfant de lui (et avec 2 enfants déjà à son actif qui vivent avec nous la moitié du temps, c’était comme des rappels en pleine tête du vide de mon utérus. Un peu comme si on saupoudrait du sel sur une plaie toutes les semaines.
    2 ans d’essais, mais la décision commune d’aller consulter, et un Monsieur qui vit presque aussi mal que moi la déception mensuelle. Il a été ma force pour aller affronter ce corps médical. Mini BDC est arrivé après un premier traitement hormonal. Et pour avoir terriblement mal vécu cette période, je n’ose imaginer la peine et le courage de celles pour qui le rêve prend du temps à devenir réalité.
    Sur ce, je ravale mes larmes et je commenterai l’article sur les dernières heures avant l’accouchement un peu plus tard !
    Belle journée
    Des bisous <3

    1. Merci pour ton témoignage, ce sont toujours des épreuves quelque soit la durée… Papa-Fripouille a lui aussi un enfant d’avant nous! Je te comprends tellement bien!
      Reviens quand tu veux!
      Belle journée à toi aussi
      ???? bisous bisous

Les commentaires font vivre le blog et me font plaisir!

Hellocoton